Wood, James

Pasteurs méthodistes : James Wood

 

James Wood naît à Calais le 22 mai 1842 dans la colonie anglaise venue de Nottingham pour implanter en France la fabrication du tulle, industrie qui fit la fortune de Saint-Pierre-Les-Calais.

Encouragé par Jean-Paul Cook, présent à Calais entre 1859 et 1863, il part à Lausanne faire ses études en 1860. Avec Alcide Lagier, Léopold Jaulmes et James Hocart fils, il habite chez le pasteur James Hocart père dans sa maison de la Solitude. En 1864, il est admis au noviciat et est placé sur la liste de réserve. En 1865, il est nommé à Die. Il n’ira pas : il part à Bourdeaux, où Frédéric Prunier, qui devait y aller, est malade, et l’année lui est comptée comme une année de travail. Il termine son proposanat en 1867, séjournant alternativement à Crest et à Livron. Il est admis aux fonctions du ministère à Bourdeaux le 2 septembre 1868.

Il épouse à Bourdeaux, le 28 juillet 1869, la fille aînée, Adeline, de Frédéric Prunier, dont il a cinq enfants : Alice (1875-1959, qui épouse le pasteur Auguste Faure), Édouard (1876-1892), Paul (1878-1959, pasteur missionnaire), Hélène (1880-1938) et Téodore (1888-1974).

De 1869 à 1871 il est à Codognan, de 1872 à 1874 à Livron, de 1875 à 1877 à Dieulefit, de 1878 à 1882 à Lausanne, et de 1883 à 1888 à Paris, Malesherbes. En 1889 (et peut-être 1890) il participe à l’oeuvre d’évangélisation en Normandie. Il revient à Paris (Ternes) de 1891 à 1895, et dessert Nîmes de 1896 à 1900. Il part ensuite dans les îles de la Manche : en 1901 il est à Guernesey, où il demande la retraite en 1902. Il revient pourtant au Havre, place Gambetta, de 1909 à 1910.

James-WOOD.JPG

Il meurt le mercredi 5 octobre 1910.

 Jean-Louis PRUNIER

 

Bibliographie :

LELIÈVRE Matthieu, Notice sur James Wood, Alençon, Vve Felix Guy, 1911, 79 p.

Publicités